le Bio pour tous


poulet : le poulet BIO de aldo LEUCI sur pinsot

poulet  : le poulet BIO  de aldo LEUCI sur pinsot

Les poulets sont tout simplement délicieux, il faut les goûter pour s'en faire une idée !

 

Aldo et ses poulets d'antan...

Aldo a tenu a nous faire partager le compte rendu d'une visite effectué par l'AMAP de La Rochette sur son exploitation dont en voici le contenu ci-dessous.

Compte rendu de la visite chez Aldo Leuci
Producteur de poulets à Pinsot – AMAP de La Rochette

Installations :
6 poulaillers pour accueillir les lots de différents âges. Le jour de la visite, il y avait :
- 1 lot de 3 semaines
- 1 lot de 7 semaines
- 1 lot de 11 semaines
- 1 lot de 15 semaines
- 1 lot de Grises du Vercors (volailles locales de fêtes élevées pendant 6 mois)

Chaque  poulailler  fait  une  surface  de  50m²  pour  abriter  une  moyenne  de  500  poulets.  Ces poulaillers  sont  bâtis sur  des  parcelles  de  4000m².  La  norme  bio impose d'avoir  4m²  de  terrain  / poulet. Ici ils disposent de 8 m² (quasi équivalent à la norme pour des poulets de Bresse).
                                  
Vue d'ensemble de deux poulaillers                          Zoom sur l'entrée d'un poulailler
Les bâtiments ont une dalle béton et des doubles cloisons bois. Les intérêts sont :

  • la facilité pour désinfecter intégralement le poulailler entre deux lots
  • pas de risque d'attaque de renard la nuit


Ils ont également des ouvertures pour le renouvellement de l'air au niveau des fenêtres et du toit qui sont ouvertes en permanence.

Poulets :
Les poulets sont de la variété cou-nu. Ils sont achetés dans la Drôme et livrés à l'âge de 1 jour chez le producteur (Photo 1). Ils arrivent déjà vaccinés contre la coccidiose et c'est le seul traitement qu'ils reçoivent.
Tout ce qui est paille et eau est placé dans le bâtiment quelques jours avant l'arrivée du lot afin que ce soit à la température ambiante du bâtiment.
                                    
Photo 1: Poussins à la livraison à l'âge de 1 jour         Photo 2: Volailles dans la poussinière de 1 à jour.à10 jours.

Photo 3: Poulets à 10 jours. La poussinière est retirée.
Le déroulement de l'élevage est le suivant :

  • 1ère semaine : les poussins ne disposent pas de tout l'espace du bâtiment. Ils sont contenus dans la poussinière (Photo 2). Les 3 premiers jours en particulier, le producteur passe 5 à 6 fois dans la journée pour les faire bouger et vérifier que tout est OK. Le chauffage au gaz est réglé à 32°C et est auto-régulé (sonde à 20cm maximum au-dessus des poulets).
  • 2ème semaine : chauffage passé à 30°C. Les poussins sont toujours dans la poussinière.
  • 3ème semaine : chauffage passé à 29°C. La poussinière est retirée (Photo 3). Les poussins sont suffisamment fortifiés pour pouvoir courir dans tout le bâtiment.
  • semaines 4/5/6 : l'évolution de la température du chauffage se poursuit pour acclimater les volailles toujours contenues à l'intérieur

Ces premières semaines sont cruciales pour le bon développement des volailles par la suite. Passé ce délai, les poulets sont suffisamment robustes pour avoir accès dehors en journée.
La certification bio impose que les poulets aient au moins 81 jours avant abattage. Ici, le producteur les garde 120 jours. Il a fait ce choix pour avoir des volailles à chair plus ferme, avec plus de goût et plus charnues.
Au niveau de la nourriture, le producteur donne un aliment bio constitué notamment de maïs, blé et tourteau. Le broyage est ajusté pour les poussins (grains plus fins). Du blé est ajouté en plus quand ils sont plus gros.
   
Photo 4: Volailles à 8 semaines  Photo 5: Volailles à 12 semaines

     
Photo 6: Volailles à 16 semaines  Photo 7: Différence de gabarit entre poulet et poulette.
Au final, dans un même lot, le poids des poulets varie de 2 à 3kg environ (Photo 7 pour la différence de gabarit entre un poulet et une poulette au premier plan).
Les pertes régulières de poulets à déplorer sont à imputer aux renards, éperviers et buses. Le producteur doit passer toutes ces clôtures en grillage rigide (certaines sont encore en filets souples) pour pouvoir ensuite électrifier en bas et en haut des grillages.

Abatage :
L'abattage est avec la livraison le poste qui demande le plus de temps de travail au producteur. A 120 jours, les poulets sont attrapés et mis en caisse pour être abbatus. Ils sont stockés à l'entrée du bâtiment qui abrite le labo (Photo 8).

Photo 8: Zone de stockage des volailles vivantes (en caisse) avant abattage.
Pour le suivi sanitaire, une analyse de salmonelle est effectuée par le laboratoire départemental une semaine avant l'abattage pour chacun des lots.
L'abattage se déroule de la façon suivante (Photo 9):

  1. les poulets sont assommés un par un avec un choc électrique
  2. ils sont placés 4 par 4 pour être saignés
  3. ils sont passés dans un bain à environ 50°C (toujours 4 par 4)
  4. ils passent dans la plumeuse (toujours 4 par 4)

Tout cela est fait par une personne qui enchaîne les rotations sur les différents postes
Photo 9: Les quatres premières étapes de l'abattage.
Le producteur récupère dans la foulée les poulets après plumage pour les éviscérer, les nettoyer à l'eau et les mettre en chambre froide  (Photo 10 et Photo 11). Ils font environ 30-35 poulets par heure.



                                                                          
Photo 10: Installation pour l'éviscération et le nettoyage des volailles.    Photo 11: Volailles dans la chambre froide sur les chariots.

Le lendemain, les gésiers nettoyés, les foies et les liens alimentaires sont ajoutés pour terminer la préparation des volailles.
Le conditionnement (étiquetage et pesage) se fait le jour de la livraison.
Les poulets sont consommables jusqu'à 8 jours après abattage. Cette DLC (date limite de consommation) a été fixée par un laboratoire d'analyse (Photo 12). Cette analyse est renouvelée chaque année.